Les filles de quartiers défavorisés sont plus susceptibles d'avoir des relations sexuelles précoces

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Montréal, de l’Université du Nouveau-Brunswick et de Tufts University, et publiée dans la revue Child Development, les filles vivant dans des quartiers pauvres sont plus susceptibles que d’autres d’avoir des relations sexuelles au début de l’adolescence et d’être initiées par des garçons plus âgés. Lire la suite.