L'incontinence urinaire

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Qu'est ce que l'incontinence urinaire ?

Vous souffrez d'incontinence urinaire lorsque de l'urine s'évacue de votre vessie sans que vous ne l'ayez décidé. En d'autres termes, c'est une perte de contrôle sur vos fonctions urinaires qui provoque un écoulement accidentel d'urine. Ce problème touche une canadienne sur quatre au cours de sa vie. L'incontinence urinaire n'est pas quelque chose de honteux et il existe différentes méthodes pour la traiter.

Comment la vessie fonctionne-t-elle ?

Disons que la vessie est comme un petit ballon musculaire. Elle s'étire pour contenir l'urine et se contracte lorsque vous urinez. Au fond de la vessie se trouve un anneau musculaire qui ressemble beaucoup à une bande élastique sur un ballon. C'est le muscle du sphincter urinaire. Ce muscle se contracte lorsque la vessie commence à se remplir, empêchant ainsi l'urine de s'écouler. Lorsque vous urinez, le sphincter urinaire se relâche et la vessie se vide. Le cerveau et la moelle épinière contrôlent ce système. Lorsque la vessie est pleine, elle envoie un message au cerveau indiquant qu'elle doit être vidée. Le cerveau répond en relâchant le sphincter urinaire ou en le maintenant contracté.

Qu'est-ce qui cause l'incontinence urinaire ?

La perte d'urine peut survenir si le cerveau ou la vessie sont lents à envoyer les messages appropriés.

Un autre groupe de muscle vous aide aussi à contrôler les pertes d'urine. Il s'agit des muscles du plancher pelvien. Pour éviter les pertes, vous pouvez contracter volontairement ces muscles qui entourent le tube sortant de la vessie. Ces derniers fonctionnent de la même manière qu'une pince que l'on utiliserait pour pincer un tuyau d'arrosage et arrêter l'écoulement. Tout dommage ou affaiblissement de ces muscles peuvent causer des problèmes de pertes d'urine.

Les infections des voies urinaires ou certaines maladies, comme le diabète, figurent parmi les autres causes de l'incontinence urinaire. De nombreuses femmes peuvent éprouver des problèmes d'incontinence urinaire pendant la grossesse, la ménopause ou en vieillissant. Il est important de consulter un professionnel de la santé compétent afin de déterminer la cause et de prévoir un traitement approprié.

Vais-je perdre le contrôle de mes fonctions urinaires lorsque je serai vieille ?

Chez un petit pourcentage de femmes, le vieillissement peut entraîner l'incontinence. Toutefois, il existe un éventail de traitements dont le choix dépendra de la cause.

Quels sont, entre autres, les signes indiquant que j'ai un problème de vessie ?

    •    des efforts au début ou à la fin de la miction;
    •    un besoin d'uriner plus de neuf fois par jour ou plus d'une fois par nuit;
    •    un besoin de prévoir les lieux et les moments de miction avant de quitter le domicile; et
    •    un besoin de savoir où sont situées toutes les toilettes dans les lieux que vous fréquentez ou dans votre quartier.

Quels sont, entre autres, les signes et les symptômes indiquant un trouble d'incontinence urinaire ?

    •    des envies soudaines d'uriner et une incapacité d'atteindre les toilettes à temps;
    •    de légères pertes d'urine lorsque vous faites certaines activités, comme lorsque vous riez, faites de l'exercice ou avez des relations sexuelles; et
    •    une incapacité de contrôler les légères « fuites » d'urine.

L'incontinence urinaire se présente sous trois formes générales :

    •    L’incontinence impérieuse : des envies soudaines d'uriner; une perte de contrôle avant d'atteindre les toilettes.
    •    L’incontinence d'effort : des pertes d'urine causées par une pression exercée sur les muscles abdominaux inférieurs, comme lorsqu'on tousse, éternue ou rie.
    •    L’incontinence par regorgement : lorsqu'une vessie trop pleine s'écoule constamment
    •    

Un nombre de femmes vivent une combinaison d'incontinence à l'effort et d'incontinence d'envies. Il s'agit alors de l'incontinence mixte.
Dans certains cas, la personne peut éprouver la sensation que sa vessie n'est jamais complètement vidée ou qu'elle doit forcer pour commencer ou terminer une miction. L'effort peut être causé par des maladies comme le diabète, l'absorption de certains médicaments ou une infection des voies urinaires (IVU).

Que puis-je faire pour régler mon problème d'incontinence ?

    •    Ajustez votre absorption de nourriture et de liquide de façon à ne pas irriter votre vessie. Si vous buvez trop peu, votre urine pourrait être concentrée (forte) et cela pourrait irriter votre vessie. De plus, la vessie risque de diminuer de volume et une plus petite quantité de liquide pourrait alors déclencher le signal provoquant l'envie d'uriner.
    •    Faites des exercices de Kegel. La contraction et la détente des muscles du plancher pelvien les renforceront et favoriseront un meilleur contrôle du sphincter urinaire ainsi que la rééducation de la vessie. Lorsqu'ils sont exécutés de façon adéquate, ces exercices peuvent prévenir l'incontinence urinaire et aider à corriger les problèmes.
    •    Prévoyez des temps pendant votre journée pour aller aux toilettes et uriner avant de sentir votre vessie pleine. Vous pourrez ainsi prévenir les pertes involontaires.

Quels sont, entre autres, les traitements contre l'incontinence urinaire ?

    •    Le biofeedback : des capteurs spéciaux fixés sans douleur au corps acheminent des signaux de la zone pelvienne vers un écran d'ordinateur. Ce processus aide les femmes à localiser et à contracter de façon adéquate les muscles du plancher pelvien. Le renforcement de ces muscles et l'acquisition d'une capacité de les contracter permettent de développer une maîtrise de l'envie d'uriner.
    •    La thérapie musculaire : des appareils spéciaux sont utilisés pour aider à renforcer les muscles du plancher pelvien.
    •    Les médicaments : certains médicaments empêchent la vessie de se contracter lorsque les contractions n'ont pas raison d'être. D'autres médicaments détendent le muscle de la vessie, lui permettant ainsi de contrôler ses spasmes. Discutez avec votre médecin des avantages et des effets secondaires liés à l'utilisation de tout médicament pour une période prolongée.
    •    La chirurgie : elle est conseillée seulement lorsque toutes les autres méthodes ont échoué. Elle peut nécessiter une anesthésie locale et une hospitalisation d'un jour.

Que dois-je communiquer à mon médecin ?

    •    vos antécédents médicaux;
    •    comment l'incontinence urinaire affecte votre qualité de vie; et
    •    les médicaments que vous prenez.

Avant de consulter votre médecin, tenez un « journal de la vessie » dans lequel vous noterez vos visites aux toilettes, les écoulements involontaires et les liquides que vous buvez sur une période de trois jours. Cette information aidera votre médecin à comprendre où vous en êtes.