La ménopause et la santé du cœur

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

La ménopause fait-elle augmenter le risque de développer une maladie du cœur ?

Les maladies du cœur, qu'on appelle également les maladies cardiovasculaires, sont la cause la plus importante de décès chez les Canadiennes. Si le risque de développer une pathologie coronarienne est d'abord associé au processus du vieillissement, il existe également une relation entre la santé cardiovasculaire et la période de la ménopause traversée par les femmes d'âge mûr.

Avant la ménopause, le cœur et les vaisseaux sanguins de la femme sont protégés par l'influence bénéfique des hormones. Toutefois, lorsqu'une femme atteint la ménopause, les taux d'œstrogènes présents dans son corps diminuent de façon importante, avec comme résultat un risque de problèmes cardiovasculaires accru.

Comparée à un homme du même âge, la femme est moins sujette aux maladies du cœur. Cependant, après la ménopause, les taux de maladies du cœur augmentent considérablement chez les femmes, jusqu'à rattraper ceux des hommes autour de l'âge de 65 ans.

L'hormonothérapie prévient-elle les maladies du cœur ?

Longtemps, les chercheurs ont cru que l'hormonothérapie était bénéfique pour la santé coronarienne. Les médecins prescrivaient couramment à leurs patientes l'hormonothérapie en tant que mesure préventive des maladies cardiovasculaires.

Cependant, plusieurs nouvelles études importantes, telle que celle menée par le Women's Health Initiative [Initiative en matière de santé des femmes], jettent un doute sérieux sur cette pratique.

Des recherches récentes ont montré qu'une femme qui prend des œstrogènes, avec ou sans addition de progestine, et qui a des antécédents cardiovasculaires, ne verra pas sa santé améliorée à ce chapitre. D'après ces études, le risque cardiovasculaire pourrait même augmenter dans certains cas.

Par ailleurs, des recherches en cours ont mis en évidence que chez des femmes sans antécédents cardiovasculaires, l'hormonothérapie pourrait faire augmenter ce risque.

Quelles sont les recommandations actuelles au sujet de l'hormonothérapie par rapport aux maladies du cœur ?

La Fondation des maladies du cœur du Canada a émis de nouvelles recommandations à la suite des nouvelles données récemment publiées :

  • L'hormonothérapie ne devrait pas être prescrite à des femmes ayant des antécédents cardiovasculaires.
  • L'hormonothérapie ne devrait pas être prescrite dans le seul but de réduire le risque cardiovasculaire.
  • D'autres mesures, non médicales, peuvent être employées pour réduire le risque cardiovasculaire : arrêter de fumer, avoir une vie plus active et faire diminuer sa pression sanguine et son taux de cholestérol.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada est aussi d'avis qu'il ne faut pas avoir recours à l'hormonothérapie pour prévenir les maladies du cœur.

Où puis-je trouver plus d’information ?