La pauvreté des femmes âgées

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

le 3 juin 2008 Québec, QC

Quand se conjuguent discrimination et insuffisance des régimes publics de retraite

Conférence publique prononcée par Ruth Rose, Professeure à la retraite de sciences économiques à l'Université du Québec à Montréal, spécialisée en économie du travail et en sécurité du revenu

En 2005, 32,1 % des femmes âgées de 65 ans et plus vivant seules étaient considérées comme pauvres comparativement à 19,8 % des hommes et à 1,4 % seulement des couples âgés.

Tout au long de leur vie, les femmes assument la majeure partie des travaux ménagers et des soins non rémunérés aux personnes. En conséquence, leur participation au marché du travail est plus faible et elles subissent une discrimination salariale ainsi que dans l'accès aux postes les mieux payés.

Que faut-il faire pour permettre aux femmes de vivre véritablement un « âge d'or » après 65 ans?

Pour des renseignements supplémentaires : UNIVERSITÉ FÉMINISTE D'ÉTÉ ou (418) 656-2131 poste 8930 ou universite-feministe-ete@fss.ulaval.ca