Les alternatives à l'hormonothérapie

Taille du texte: Normal / Moyen / Grand
Version imprimableVersion imprimable

Quelles sont les raisons qui incitent certaines femmes à ne pas suivre une hormonothérapie ?

De nombreuses femmes choisissent de ne pas avoir recours à l' hormonothérapie pendant leur ménopause. L'hormonothérapie est aussi connue sous les noms hormonothérapie substitutive ou hormonothérapie de remplacement. Il s'agit d'un traitement aux hormones prescrit pour contrer la diminution d'œstrogène et de progestérone qui survient naturellement lorsque la ménopause est amorcée.

Les raisons de ce choix sont variées. En voici quelques-unes :

  • Certaines femmes estiment que la ménopause<http://www.cwhn.ca/ressources/faq/menopause.html> est une étape de transition naturelle et non une maladie qui doit être traitée.
  • Certaines ne souffrent d'aucuns symptômes de ménopause ou présentent des symptômes tolérables qui ne nécessitent aucun traitement.
  • Certaines ne désirent pas prendre des médicaments pendant une période prolongée.
  • Certaines ont subi des effets secondaires déplaisants ou néfastes après avoir suivi une hormonothérapie.
  • Certaines souffrent d'affections qui pourraient rendre l'hormonothérapie néfaste pour leur santé.

Quelles mesures me permettraient-elles d'atténuer les symptômes de la périménopause ?

Il y a plusieurs mesures à prendre pour réduire les malaises et les symptômes associés à la ménopause.

Changez votre alimentation  :

  • Consommer des fèves, des pois secs et des lentilles. Ce sont de bonnes sources de protéines, de fibres, de fer et de calcium, abordables et faibles en gras.
  • Incorporer à son alimentation la graine de lin et les produits du soja. Ces aliments, ainsi que certaines fèves, les pois et les lentilles contiennent des « phytoestrogènes », hormones d’origine végétale semblables à l’œstrogène. Selon certains chercheurs, les phytoestrogènes réduisent les symptômes tels les bouffées de chaleur, et préviennent les maladies du cœur et l'ostéoporose, bien que ces affirmations n'aient pas été prouvées.
  • Accroître l'apport en fibres solubles, en mangeant du son et de la farine d'avoine, des légumineuses, des pommes, du raisin et des agrumes.

Veiller à consommer une dose quotidienne suffisante de calcium et de vitamine D. Les femmes de plus de 50 ans doivent consommer 1500 mg de calcium et 800 mg de vitamine D par jour, selon les normes canadiennes les plus récentes.

Faites de l'exercice régulièrement.

On peut réduire la fréquence et l'intensité des bouffées de chaleur en faisant régulièrement de l'exercice. Les activités physiques servent aussi à prévenir l'ostéoporose et les maladies du cœur. Pour trouver des idées sur les façons d'intégrer l'exercice à son mode de vie, visitez le site Web du Guide d'activité physique pour une vie active saine(http://www.phac-aspc.gc.ca/pau-uap/guideap/index.html) ou téléphonez 1-800-OCANADA pour commander un exemplaire gratuit.

Mesures à prendre en cas de bouffées de chaleur :

  • s'habiller par couches;
  • garder un éventail à portée de la main; et
  • maintenir la pièce à une température moins élevée (baisser le chauffage et ouvrir les fenêtres).

Certaines femmes ont remarqué que certains aliments suscitaient des bouffées de chaleur et qu'il était donc préférable de les éviter. Parmi ces agents provocateurs, on compte les aliments suivants :

  • les plats épicés;
  • les boissons chaudes;
  • l'alcool;
  • le chocolat; et
  • la caféine.

Pour prévenir et traiter la sécheresse du vagin / des organes génitaux et les démangeaisons, vous pouvez prendre les précautions suivantes :

  • L'utilisation de lubrifiants solubles pendant l'activité sexuelle et à tout autre moment améliore votre confort de façon continue.
  • Des relations sexuelles régulières favorisent la lubrification et assainissent les tissus vaginaux et génitaux.
  • Les cuves thermales et les saunas peuvent assécher les tissus vaginaux et devraient être évités.
  • L'absorption de grandes quantités d'eau aide à hydrater les tissus.
  • L'utilisation d'un hydratant vaginal, disponible au comptoir de pharmacies, améliorera votre confort.

Les tissus vaginaux asséchés et moins souples peuvent s'érafler ou se déchirer, ce qui augmente les risques de transmission d'infections. Adoptez des pratiques sexuelles sans risque pour protéger votre santé.

Les risques d'incontinence urinaire peuvent être minimisés grâce à une pratique régulière des exercices de Kegel. Ceux-ci consistent à contracter et à relâcher de façon régulière les muscles qui contrôlent le débit urinaire. Ils améliorent également la fonction vaginale pendant les rapports sexuels. De plus amples renseignements sur ces exercices sont offerts dans l'article suivant : Exercices pour éviter l'incontinence urinaire.

Discutez avec des femmes ménopausées et apprenez de leur vécu. Joignez-vous à des groupes d'entraide, des clubs de livres ou pratiquez d'autres activités qui vous permettent de rencontrer des femmes ménopausées. La ménopause peut être une période de grands changements et de renouveau dans la vie d'une femme et il est important d'obtenir le soutien d'autres femmes pour traverser cette étape de vie.

Puis-je avoir recours aux plantes médicinales pour m’aider à soulager les symptômes ?

Différentes plantes médicinales servent à traiter efficacement les symptômes de la ménopause tels que les bouffées de chaleur, les troubles de mémoire ou de concentration, les troubles sexuels et les saignements irréguliers. Certaines d'entre elles ont été soumises à des études cliniques; d'autres sont respectées par les médecins et prescrites sur la base d'information anecdotique et de leur utilisation antérieure.

Pour une utilisation sécuritaire des plantes médicinales :

  • Achetez des produits qui ont été normalisés. Cela signifie que tous les comprimés contiennent la même dose d'ingrédients actifs. Recherchez le D.I.N. (identification numérique de la drogue) ou le numéro GP (grand public) : ils indiquent que le produit, son étiquetage et sa posologie ont été approuvés par la Direction de la protection de la santé à Santé Canada.
  • Informez toutes les personnes qui vous soignent des plantes médicinales que vous prenez, tout particulièrement si vous prenez des médicaments d'ordonnance.
  • Prenez une plante à la fois et observez son effet sur votre organisme.

Idéalement, vous aurez recours aux services d'une praticienne de médecine douce comme une naturopathe ou une praticienne de médecine chinoise traditionnelle; elle vous prescrira les plantes appropriées et vous aidera à observer les résultats. Plusieurs excellents ouvrages ont été publiés qui peuvent vous aider à choisir les plantes médicinales qui conviennent.

  • Managing Menopause Naturally with Chinese Medicine . Honora Wolfe, ed., Blue Poppy Press, 1998.
  • Menopause: A Naturopathic Approach to the Transitional Years . Karen Jensen, Prentice Hall Canada, 1999.
  • Menopause and Homeopathy: A Guide for Women in Midlife . Ifeoma Ikenze, Publishers Group West, Inc., 1998.
  • New Menopausal Years, The Wise Woman Way: Alternative Approaches for Women 30-90 . Susan Weed, Ash Tree Pub., 2001.
  • Women's Encyclopedia of Natural Medicine: Alternative Therapies and Integrative Medicine . Tori Hudson, Keats Publishing, 1999.

En quoi les médecines douces peuvent-elles atténuer les symptômes de la périménopause ?

Les médecines doucesdésignent des traitements naturels et non invasifs, axés sur la prévention. Certaines femmes ont recours à ces thérapies comme solution de rechange à la médecine traditionnelle et d'autres, pour la complémenter.

Les naturopathes sont des dispensateurs de soins de santé qui se spécialisent en médecine naturelle. Elles ou ils peuvent prescrire un changement de mode de vie ou de régime alimentaire, des vitamines, des plantes médicinales ou des médicaments homéopathiques en vue de soulager les symptômes et de prévenir la maladie. Certains naturopathes pratiquent également l'acupuncture et la médecine chinoise. Pour en savoir davantage ou trouver une ou un naturopathe dans votre région, communiquez avec l'Association canadienne des docteurs en naturopathie.

Il existe d'autres médecines douces susceptibles de soulager les symptômes, d'améliorer la qualité de vie et de procurer un sentiment de bien-être général. Veuillez consulter les associations suivantes pour obtenir d'autres renseignements concernant la formation des praticiens et praticiennes, leurs titres de compétences, les traitements et les services offerts dans votre région.

Association canadienne de réflexologie (1-877-722-3338)

Association chiropratique canadienne (1-416-781-5656)

Canadian Federation of Aromatherapists (1-905-886-2567 )

The Chinese Medicine and Acupuncture Association of Canada (1-519-642-1970 )

Homeopathic Medical Council of Canada (1-877-722-4622)

The National United Professional Association of Trained Homeopaths(1-888-282-3878)

Où puis-je trouver plus d’information ?